Thématique et visuel

COMME UNE GRANDE BOUFFÉE D'AIR FRAIS



 

Comme une grande bouffée d’air frais, nous aurons enfin le bonheur de nous retrouver pour la 38e édition du Salon du livre de la Côte-Nord (SLCN). Du 12 au 15 mai prochain, nous avons rendez-vous en présentiel à Sept-Îles. 

 

Après ces années de vie littéraire virtuelle et de lectures solitaires, nous pouvons enfin renouer avec les valeurs de convivialité et de partage qui nous sont tellement chères. Cette mise entre parenthèses que nous avons vécue nous montre que ces valeurs sont plus que jamais pertinentes et essentielles. La rencontre humaine se situe au cœur même de l’expérience du SLCN depuis ses tout premiers débuts et elle favorise véritablement les liens entre les Nord-Côtiers et les acteurs du milieu littéraire. Échanger, feuilleter, découvrir de nouveaux univers et partager un moment autour du livre, voilà toute l’essence et la magie du SLCN que nous revivrons.

 

Comme une grande bouffée d’air frais, thématique de cette édition, c’est la représentation du bonheur et de la hâte des lecteur.rice.s de renouer avec les auteur.rice.s et de profiter de cet événement qui leur fait du bien. C’est aussi une bouffée d’air pour le cœur et l’esprit, c’est le moment de reprendre son souffle, de s’oxygéner, de respirer ces effluves de retrouvailles et d’air marin. Sur un plan plus fantaisiste, on pourrait aller jusqu'à faire un parallèle entre cette rencontre littéraire annuelle et l’incroyable pêche aux capelans. Elle est singulière en effet, car c’est par milliers que les poissons “roulent” chaque printemps sur les rivages nord-côtiers. Cet événement est l’occasion de se réunir entre amis autour d’un feu de grève et de célébrer, métaphore à la fête littéraire régionale que nous attendons avec impatience.

 

Oui, l’esprit libre et rassembleur du SLCN flottera très bientôt à Sept-Îles. Toutes formes littéraires confondues, les ouvrages des auteur.rice.s nous mèneront certainement à nous tourner vers l’avant et, d’une certaine façon, prendre à pleins poumons cette bouffée d’air frais. Vivement les retrouvailles!